Nous utilisons des cookies de la part d'un service tiers (Google Analytics) pour récolter des données statistiques et améliorer votre navigation. Pour plus d'informations, consultez nos mentions légales.
Accepter
Refuser
Logo pavillon de l'Arsenal
FAIRE 2019

Post-Béton, alternatives à la chape ciment

Ciguë, Camille Bénard, Hugo Haas, Guillem Renard et Alphonse Sarthout, architectes

Expérimentation d’un matériau plâtre alternatif à la chape ciment/béton à partir des matériaux issus des démolitions — terres inertes excavées, gravats de béton concassé, briques pilées et plâtres de réemploi.

Expérimentation d’un matériau plâtre alternatif à la chape ciment/béton à partir des matériaux issus des démolitions — terres inertes excavées, gravats de béton concassé, briques pilées et plâtres de réemploi.

2021
PRÉSENTATION DU PROJET


D’un côté, l’emploi démesuré de béton dans le monde, de l’autre, les 30 millions de tonnes de déchets par an issus du BTP en Île-de-France. Face à ces constats, l'équipe propose de mobiliser ces gisements urbains comme matières potentielles pour le développement d’alternatives à la chape ciment.

Dans le contexte du projet de construction d’un atelier-agence à Montreuil, avec la conception d’un bâtiment neuf à ossature bois et la démolition partielle de bâtiments existants, ils mènent des expérimentations de dalles de sol à partir des matériaux du site — terres inertes excavées, gravats de béton concassé, briques pilées et plâtres de réemploi. La terre, matériau abondant, et le plâtre, recyclable à l’infini, sont employés en tant que liants moins énergivores que le ciment.
Ils imaginent la conception-réalisation sur site comme une opportunité de transmission et d’échanges entre les métiers de la démolition, du recyclage, de la maçonnerie et de l’artisanat du plâtre et de la terre.



2019
LES ORIGINES DU PROJET
‘POST BETON’ - EXPÉRIMENTATION D’UN MATÉRIAU PLÂTRE ALTERNATIF À LA CHAPE EN BÉTON DE CIMENT

D’un côté, l’emploi démesuré de béton dans le monde, de l’autre, les 30 millions de tonnes de déchets par an issus du BTP en Île-de-France. Face à ces constats, ciguë propose de mobiliser ces gisements urbains comme matières potentielles pour le développement d’alternatives à la chape ciment.

Dans le contexte du projet de construction d’un atelier-agence à Montreuil, avec la conception d’un bâtiment neuf à ossature bois et la démolition partielle de bâtiments existants, nous envisageons des expérimentations de dalles de sol à partir des matériaux du site — terres inertes excavées, gravats de béton concassé, briques pilées et plâtres de réemploi. La terre, matériau abondant, et le plâtre, recyclable à l’infini, sont employés en tant que liants moins énergivores que le ciment.

Nous imaginons la conception-réalisation sur site comme une opportunité de transmission et d’échanges entre les métiers de la démolition, du recyclage, de la maçonnerie et de l’artisanat du plâtre et de la terre. Les expérimentations sont caractérisées en laboratoire du point de vue de leur résistance mécanique, au poinçonnement et à l’usure, en vue d’une potentielle normalisation du matériau. Le cycle de vie du matériau est analysé par un bureau d’étude environnement afin d’envisager la pertinence du développement d’une filière dédiée dans le territoire francilien.

Énergie
La cuisson du plâtre est 10 fois moins énergivore en moyenne que celle du ciment. Température de cuisson du plâtre / 150°C environ Température de cuisson du ciment / 1500°C environ

Historique
L’utilisation du gypse et du plâtre dans la construction remonte à des millénaires, et l’emploi du plâtre pour les sols est une tradition ancienne dont l’usage est attesté dès le 12ème siècle en Europe.

Le ciment artificiel est mis au point au début du 19ème siècle et son emploi se généralise massivement après la seconde guerre pour devenir l’un des matériaux de construction les plus utilisés au monde.

Il y a encore une centaine d’années, le plâtre était abondamment utilisé dans la construction de la capitale grâce à la présence de gisements de gypse dans tout le bassin parisien. Alors que son usage a décliné au profit du ciment, les industries plâtrières sont toujours en activité dans la région.
LES ACTEURS DU PROJET

Ciguë, Camille Bénard, Hugo Haas, Guillem Renard et Alphonse Sarthout, architectes
Ciguë est un studio d’architecture basé à Montreuil. Une vingtaine de collaborateurs travaille sur des projets à travers le monde dans les domaines de la culture, du commerce et de l’habitat.
Fondée en 2003, ciguë a fait ses débuts en tant qu’entreprise de menuiserie ancrée dans la conception-réalisation. Cette pratique transdisciplinaire aux croisements de la pensée, de la fabrication et de la poésie constitue l’essence de notre démarche jusqu’à aujourd’hui.
Fonctions, usages et contexte sont pour nous indissociables d’une approche instinctive et sensible du lieu et de la matière. Passionnés par le détail et la confrontation des échelles, l’économie d’énergie et de moyens, nous accueillons chaque projet comme une opportunité de poser de nouvelles questions, mettre en place un dialogue, adapter nos processus et expérimenter. Cette démarche en constante évolution nous permet d’aboutir à des propositions sensées et sur-mesure.

Plâtres Vieujot
Marc Potin, ingénieur et fabricant de plâtres à Soisy-sous-Montmorency, nous apporte son expertise technique dans le développement de nouvelles formulations de plâtres à planchers jusqu’à leur mise en oeuvre.

Équipe de déconstruction
Plusieurs scénarios de déconstruction sont encore à l’étude. De la dépose de second oeuvre à la démolition en passant par la déconstruction sélective, tri et concassage des matériaux sur site, ces différentes pistes nécessitent d’inventer de nouveaux schémas de déconstruction et de mobiliser des acteurs complémentaires.

Quand les filles s’en mêlent
Edith Serralheiro est experte en revêtements de sols et finitions des bétons cirés. Elle nous accompagne sur la mise en oeuvre du ponçage et du traitement de surface des matériaux. Les

Pierres de Montreuil
Loïc Dollet et Charlie Roseau sont des artisans et formateurs spécialisés dans les techniques anciennes de cuisson et mise en oeuvre des plâtres sur des chantiers d’insertion professionnelle. Ils nous aident à explorer la question du recyclage du matériau sur site dans un four à plâtre traditionnel à une échelle artisanale.

Université Gustave Eiffel
Erwan Hamard et Bogdan Cazacliu sont chercheurs au laboratoire GPEM (Granulats et Procédés d’élaboration des matériaux), experts sur le recyclage des gravats de bétons appliqués à la construction et aux sols. Ils nous accompagnent sur l’élaboration du protocole d’expérimentations et la caractérisation des échantillons par des tests en laboratoire, avant une potentielle normalisation du matériau.

Le Sommer Environnement
Le bureau d’étude est spécialisé dans le conseil en environnement. Ils nous accompagnent dans le développement d’une méthodologie d’analyse du cycle de vie du matériau qui prend en compte les questions de réemploi de gravats sur site et d’emploi du plâtre, matériau local au bilan carbone plus intéressant que le ciment, avant d’évaluer la pertinence du développement d’une filière dédiée dans le territoire francilien.

Partenaires

@FAIRE_PARIS

  • 23 / 09    17:00
    [FAIRE]Des questions? Des précisions? Besoin d’explications? Besoin de réponses? 👉Posez-nous vos questions jusqu’a… https://t.co/c0YEjiTCa8
  • 21 / 09    15:34
    RT @JulienPansu: Tellement heureux de lancer cette 5e édition de @FAIRE_PARIS !! À vos projets pour interroger ensemble les modèles existan…
  • 21 / 09    15:34
    RT @actu_archi_live: Le @PavillonArsenal avec la Ville de @Paris lance la 5e édition de l'appel à projets FAIRE => https://t.co/VFJGbWkByo…